Bienvenue à Alexandre, le nouveau développeur web d’Interstis !

Publié le

C’est avec notre nouveau talent, Alexandre, que nous vous parlerons du métier de développeur web. 👨‍💻 HTML, CSS, JavaScript etc… Notre expert vous transmettra son appétence pour le développement.

 

Bonjour Alexandre, une petite présentation pour nos lecteurs ?

Bonjour à tou(te)s, je suis Alexandre Urbanski et j’ai 25 ans. Cela fait 2 ans que je suis « dev » (ndlr. jargon pour « développeur »). Pour résumer rapidement mon cursus, j’ai effectué 1 an d’alternance dans une boite en Bretagne (Mobhilis) suivi par un CDD de 6 mois. Au terme du contrat, j’ai choisi de revenir en Bourgogne, pour me rapprocher de ma famille, où je faisais un peu de freelance toujours en tant que développeur.

C’est un petit challenge que je me suis lancé à moi-même. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours apprécié le domaine de l’informatique, le code est ma passion. Je cherche toujours à faire plus : m’améliorer à travers les différents projets, effectuer des veilles technologiques car c’est un domaine changeant. Pour affirmer mes compétences, j’ai fait le choix de me former sur OpenClassroom « Parcours développeur web ». Et lorsque j’ai commencé à réellement coder je me suis dit « c’est ÇA que je veux faire » et je ne compte pas changer !

Puis, on m’a recruté chez Interstis…

Comment s’est déroulé ton recrutement ?

C’était l’occasion parfaite pour moi de rester dans ma région, auprès de ma famille, tout en faisant le métier de mes rêves dans mon domaine de prédilection. Il faut avouer qu’en Bourgogne il n’y a pas beaucoup d’offres d’emploi pour les développeurs web. Il faut toujours aller à Lyon ou dans d’autres grandes villes.

Nicolas Huez, le Directeur Technique d’interStis, m’a contacté sur LinkedIn. Il m’a envoyé un petit message me demandant si j’étais en recherche de nouvelles opportunités au sein d’une plateforme collaborative en pleine expansion. Nous avons brièvement échangé. Puis c’est allé très vite : les entretiens se sont enchaînés et j’ai commencé la semaine d’après.

Qu’est-ce qui t’a plu dans notre entreprise ?

Avant, je travaillais aussi dans une entreprise de logiciel/plateforme, je pense que ça a joué. J’adore le concept des plateformes car pour les développeurs, c’est comme une grosse boite-à-outils remplie de petits outils. Il y a toujours des intégrations à faire « à droite-à gauche », donc sans cesse des choses à retravailler au niveau de la structure.

Par ailleurs, l’idée de la plateforme collaborative pour les acteurs responsables m’a plu. Particulièrement le fait que ce soit une solution 100% française. La proximité aussi m’a convaincu, c’est à 20 min de chez moi, et je peux être en télétravail où aller sur place.

Autrement, j’ai apprécié le processus RH de recrutement, rapide et efficace.

Au niveau du pôle informatique, ils sont ouverts aux évolutions, ils ont vraiment la volonté d’être à jour et de trouver de nouvelles idées pour améliorer la plateforme.

Éclaire nous sur ce que fait un développeur-web

Le développement c’est 70% d’analyse et 30% de codage. Toute la journée c’est se demander comment structurer telle ou telle chose, coder, analyser. Ça stimule le cerveau !

Quelques précisions sur le « Dev full-stack » : on a une vue sur tout le projet de A à Z.  Le développement est normalement découpé en 2 morceaux : le front qui correspond à ce qui est vu par les utilisateurs et le back ce que nous développeur-web voyons (traitement de données et base de données) et qui permet de communiquer avec le serveur.

Derrière on doit pouvoir dire « ça on doit l’intégrer dans notre outil ». En quelque sorte, on transforme une idée en ligne code.

Et ton quotidien, ta journée type ?

Généralement, je me fais un café pour bien démarrer la journée. Ensuite, on a une réunion en visioconférence avec tous les développeurs. On fonctionne en binôme pour le moment. Puis, Nicolas Huez nous donne nos missions et les objectifs à atteindre au niveau des différents projets. On fait le point avec notre binôme pour savoir comment on s’organise, pour répartir nos tâches.

La journée est rythmée par Visual Studio Code, le logiciel que nous utilisons pour coder et Adobe XD pour voir les maquettes de Coralie. Je m’occupe de l’intégration sur le navigateur. Cependant, il peut arriver d’avoir des projets sans intégration.

On pourrait se dire qu’en tant que développeur-web on n’a pas spécialement besoin de la plateforme collaborative, pourtant on se rend compte que ça facilite vraiment notre façon de travailler. On utilise beaucoup GANTT pour un meilleur suivi de nos projets à long terme et nos tâches journalières. Et il faut dire qu’avec une équipe qui s’élargit à grande vitesse, il est préférable de bien s’organiser, communiquer facilement via le dialogue, vérifier la disponibilité de chacun avec l’agenda partagé… etc. Surtout qu’on travaille en étroite collaboration avec l’équipe UX/UI Design pour les maquettes.

Parle nous de ta rencontre avec l’équipe.

J’ai eu une première bonne impression, qui s’est confirmée après. L’ambiance est chaleureuse, j’ai été agréablement surpris de rencontrer l’équipe au Creusot. On a la même mentalité. Je m’adapte facilement, mais là on rigole vraiment bien, on discute beaucoup.

Honnêtement ce type de management me convient, car on n’a pas de pression contrairement aux grosses boîtes. Même avec l’équipe à Paris, on a pu échanger grâce à l’outil de visioconférence, le courant est bien passé !

C’est maintenant bien connu, si tu étais un outil interstis, tu serais …

Plus spécifiquement je ne pourrais pas te dire, en plus j’y ai réfléchi *rires*. Mais je pourrais être les espaces parce que ça regroupe tout, dans un espace il y a plusieurs outils et je suis un petit couteau-suisse 😉